L'itinéraire du marathon

Bonjour à tous,

Calotte 1.jpg

Aujourd’hui c’était l’inspection de l’itinéraire du marathon. Nous sommes partis en camion 4x4 jusqu’au départ qui se trouve donc à environ 30 Km de Kangerlussuacq sur « l’Ice Cap » comme ils disent ici. Les paysages sont exceptionnels ! La nuit à été plus chaude que prévue et il a neigé toute la nuit. Au réveil tout été immaculé, ça change d’hier !

La route que nous emprunterons semble assez roulante et elle est surtout toute blanche !

Il y a quelques sérieuses bosses à franchir qui se soldent par de bonnes descentes glissantes. Les paysages traversés sont des fjords gelés en partie, de grandes étendues blanches avec pour seule végétation des buissons rachitiques sans aucunes feuilles et quelques petits sapins rigolos ne dépassant pas les 2 mètres de haut.

Le tracé longe une piste automobile glacée serpentant au milieu d’un désert blanc servant à des essais pour certains constructeurs.

Le plus étonnant c’est un panneau au bord de la route qui indique le tracé à suivre scrupuleusement pour se déplacer car on rentre dans une zone…minée ! Et oui c’est un vestige des possessions militaires des années antérieures. Après renseignements, il n’y a pas eu de récents accidents, en tout cas pas de victimes à déplorer durant toutes les épreuves de marathon. C’est rassurant non ?

Les paysages sont à couper le souffle mais le plus magique se sera surement les quelques 10 Km que l’on fera sur la calotte glacière ! Cette nature brute, immaculée, silencieuse et immense qui laisse émaner une sorte d’éther qui vous inspire l’humilité et l’apaisement.

Nous avons pu parcourir à pied environ 5 Km sur l’Inlandsis afin de pouvoir se rendre compte de la nature du terrain. C’est une couverture de neige de quelques 10 cm environ reposant sans adhérence sur une épaisse couche de glace sombre et parfaitement lisse, comme un miroir. Attention aux glissades, déjà nombreuses après quelques centaines de mètres ! Je suis heureux d’avoir fait l’acquisition de Petzl Spiky avec des pointes en titane se mettant sous les chaussures pour avoir le grip d’un ours polaire. La température y était assez clémente aujourd’hui, environ -10°C.

Le sentiment qui me domine après cette expérience et difficilement retranscriptible. Etre sur la calotte glacière, ce lieu que j’ai parcouru tant de fois aux travers des récits d’aventures polaires de Scott, Amundsen, Jean louis Etienne et bien d’autres encore, est pour moi un immense privilège !

Le spectacle que le paysage offre est unique, il me laisse presque la même impression que lorsque j’ai vu pour la première fois le grand canyon en Arizona, des frissons (en même temps à moins dix, ça peut s’expliquer).

C’est pour ça aussi que je suis là ! Voir ce que la nature est au plus profond d’elle même sans autres traces que celles laissées par les éléments naturels. Sans autre ambition que de se dévoiler pudiquement à qui sait la regarder.

Featured Posts
Recent Posts